Levée de fonds

Levée de fonds Rushmix 2018 – Episode 2/5 : Pourquoi avons-nous besoin de 300 000 euros ?

« En route vers la levée de fonds » est l’intitulé d’une série de 5 courts articles décrivant notre initiative entrepreneuriale. Nous vous invitons à découvrir l’envers du décors de notre start-up… et pourquoi pas à faire partie de l’aventure Rushmix !

Découvrez la vidéo de notre levée de fonds :

Notre start-up en quelques mots

Nous réalisons des films-souvenir à partir de vos photos et vidéos. Autrement dit, nous voulons permettre aux particuliers d’accéder facilement à un service de montage vidéo de qualité, et à prix abordable. Le principe est simple : il suffit d’envoyer vos plus belles images sur www.rushmix.com (photos et vidéos de vacances, d’événements familiaux, de sport…) , puis notre équipe de monteurs réalise votre film-souvenir en 72h seulement. Notre approche est nouvelle en France, et le fonctionnement est très proche des albums photo en ligne.

Qu’avons-nous fait depuis notre lancement ?

Au cours des 18 derniers mois et avec nos économies personnelles, nous avons validé notre concept auprès de clients réels (campagne Ulule réussie, taux de récurrence intéressant, excellent taux de satisfaction client…), développé un premier réseau de partenaires (qui sont véritablement prescripteurs de notre service), et travaillé sur de nombreux développements techniques (pour nous rendre unique).

Avec un prix d’appel à 59€ et un Business Model basé sur de la masse, réaliser une levée de fonds – notamment – pour se faire connaître semble évident. Car en temps que pionnier dans notre domaine, et bien que nous travaillons d’arrache pied sur notre site et notre référencement, peu de personnes nous connaissent. A moins de taper exactement notre nom « Rushmix » dans Google, nous sommes littéralement noyés dans les résultats de recherche web. Les budgets marketing et commerciaux étant très importants, notre start-up a besoin de 300 000€ d’augmentation de capital.

Levée de fonds

Pourquoi une levée de fonds de 300 K€ ?

Il nous aura fallu réaliser 5 business plans pour évaluer notre besoin de financements. Mais aussi 1 worst case (ou scénario catastrophe) pour nuancer les chiffres et surtout lister et catégoriser les actions correctives à mener si le pire devait arriver. Ce travail de longue haleine a duré plusieurs mois. D’autant plus que tous nos documents ont été vérifiés par un expert comptable. Et que toutes les prévisions web ont été revues par deux spécialistes du web. Il s’avère que Rushmix a besoin de 300 K€, idéalement en augmentation de capital, pour pouvoir envisager les dépenses suffisantes et devenir leader sur son marché.

Il est à noter que nous comptons sur la BPI (Banque Publique d’Investissement) pour faire effet levier et pousser notre financement au maximum. En effet, en fonction du montant levé en augmentation de capital, nous pourrions bénéficier de prêts avantageux dédiés aux start-up (avance de trésorerie remboursable et prêt R&D par exemple).

Contribuez au succès de Rushmix

Levée de fonds : un parcours exigeant

En phase d’amorçage…

Etant donné que nous sommes en phase « d’amorçage » (la start-up est jeune, CA et preuve de concept encore faibles) l’idéal est de faire appel à des associations de Business Angels. Il s’agit d’investisseurs novices ou expérimentés qui décident individuellement de leur montant à investir. Car dans l’univers des start-up, 9 stades de développement ont été identifiés et la typologie des investisseurs change (plus de détails sur les stades de développement ici). Et la moindre des choses est de dire que le système est bien rodé…

Les Business Angels, un système bien rodé

Tout d’abord, nous avons candidaté auprès de différentes associations. Une fois que le dossier a été jugé intéressant (le projet correspond t-il à une innovation d’usage ou à une technologie de rupture ?) nous avons été invités à « pitcher » Rushmix. Il s’agit d’une présentation rapide de 2 à 10 minutes souvent chronométrée. Notre projet a été retenu par deux associations : à savoir BFC Angels et Arts et Métiers Business Angels. Les associations étant dans deux régions différentes, nous avons bénéficié d’une co-instruction. Nous nous sommes rencontrés 6 fois (réunions d’instruction de 4 à 5 heures) pour décortiquer l’ensemble du projet.

Levée de fonds

De g. à d. : Martin Bothier, Clément Bouteille et Thomas Gallice.

L’officialisation de la relation avec les Business Angels

Enfin, nous avons échangé sur la valorisation de la société et avons signé une LOI ou lettre d’intention d’investir. Si les négociations ne sont pas évidentes car le rapport de force est évidemment inégal, il s’agit surtout d’une véritable base de travail. En effet, ce document réunit les intentions d’investissement des deux associations. Mais aussi leurs parts dans le capital, et les conditions de la levée de fonds. C’est seulement après que nous avons rédigé le pacte d’associés, avec un avocat à l’appui. La relation avec les Business Angels est ainsi scellée.

Entre intentions d’investissement et réalité

Comme souvent, les associations de Business Angels ne nous ont pas apporté le montant complet. Mais surtout pas les montants objectivés dans la LOI. Principale raison : le fait d’être pionnier implique des coûts important pour évangéliser le marché et peut attiser la frilosité de certains. D’autres estiment que la preuve de concept commercial est insuffisante… Beaucoup de retours parfois un peu flous qui nous font penser au démarrage laborieux de Blablacar… Et pourtant nous avons rencontré certaines personnes qui ne croyaient pas en ce projet il y a 10 ans et qui aujourd’hui s’en mordent les doigts !

Levée de fonds

La start-up : un investissement risqué mais aussi payant !

Avec la suppression de l’ISF, la défiscalisation est moins intéressante qu’auparavant. Et avec des taux de défaillance importants, l’investissement dans les start-ups reste toujours risqué. Bref, rien de nouveau, mis à part que notre potentiel marché est énorme et les champs d’application multiples. Avec les experts qui nous entourent et les projets à venir, 1 000€ investis dans Rushmix restent plus intéressants qu’une dépense dans le BitCoin. Car comme tous nos partenaires et ceux qui nous soutiennent, notre marché est clairement évident. Nous concluons souvent nos présentations par quelques punchlines telles que « Que faites vous de vos photos et vidéos ? Donnez-nous le nom d’une seule marque qui fera votre prochain montage vidéo ».

Nous faisons appel à l’investissement citoyen : devenez actionnaire de Rushmix !

Nous souhaitons proposer à tous ceux qui sont intéressés par Rushmix de faire partie de la société. Notre levée de fonds passe donc par la plateforme de crowdfunding en Equity Incit’Financement, plateforme de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le ticket minimum d’entrée est de 1 023€ et absolument tout le monde peut investir jusqu’au 27 septembre 2018. En investissant, vous bénéficiez des mêmes conditions que les associations de BA. Notre objectif est de tenir les prévisions du Business Plan et de réaliser votre investissement d’ici 5 ans. Soit par cession des parts avec plus-value, soit en vous reversant des dividendes prioritaires. Il vous est possible de jouer un véritable rôle dans l’entreprise. En effet vous recevrez des rapports trimestriels et nous nous rencontrerons chaque année.

Devenez actionnaire de Rushmix

Levée de fonds

Levée de fonds : comment seront-ils utilisés ?

Notre levée de fonds nous permettra d’atteindre trois objectifs : acquérir des clients, recruter, et se développer techniquement.

Objectif #1 : Acquisition clients. Sans dévoiler notre plan d’action, les dépenses liées au web marketing et en prospection terrain sont exorbitantes. Entre les dépenses Google Adwords, réseaux sociaux, affiliation, salons, déplacements… Le montant nécessaire est d’environ 150K€.

Objectif #2 : Recrutements. Là aussi il s’agit d’un poste de dépense important car nous avons besoin d’agrandir l’équipe. Pour cela nous prévoyons six embauches dès le deuxième semestre 2018. Les profils recherchés sont web-marketing et commerciaux. Il sera question d’un mix entre des contrats CDI, de stages, et pourquoi pas d’alternance. Le montant nécessaire est de 100K€.

Objectif #3 : Développement technique. Tous nos films sont réalisés par des professionnels de l’audiovisuels. Nous sommes donc loin des application mobiles automatiques puisque chaque image est pensée et parfois retravaillée par un humain. C’est pourquoi nous travaillons sur l’automatisation du dé-rushage (pour gagner du temps sur le tri des fichiers) et du pré-montage. En effet cela permettra à nos monteurs d’ajouter leur « patte artistique » et de se concentrer sur l’aspect qualitatif du montage.

Découvrez Rushmix sur Incit’Financement

PROCHAIN ARTICLE (3/5) :

Comment participer sur Incit’Fincancement ?

(Article précédent en cliquant ici)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *